Le KPI, un outil dans les « Smart Ports »

Publié le: 5 juin 2015
Retour aux news
Le KPI, un outil dans les « Smart Ports »

Justine Camoin, chef de projet chez MGI et Vice-présidente zone Europe du Women’s Forum de l’IAPH.

Justine Camoin, chef de projet chez MGI et Vice-présidente zone Europe du Women’s Forum de l’IAPH, est intervenue sur les  « KPI, tool for Smart Ports »  lors du comité technique Port Community Systems and Trade Facilitation de l’IAPH (International Association of Ports and Harbors). L’association organisait à Hambourg sa  29ème conférence internationale sur le thème du Smart Port.

Les ports utilisent généralement des statistiques pour dénombrer les navires qui accostent, les conteneurs importés et exportés, et pour mesurer les flux de conteneurs chargés et déchargés par heure. Ces données s’appuient souvent sur les résultats d’un seul acteur portuaire.

La performance d’un « Smart Port » doit se mesurer en prenant en compte la contribution de tous les acteurs dans la réalisation d’une tâche. Les CCS sont les mieux adaptés à fournir une analyse fine de la performance basée sur le passage portuaire de la marchandise qui prend en compte l’ensemble des tâches réalisées.

Le CCS AP+, développé par MGI et la SOGET, permet d’horodater tous les statuts d’un conteneur, par exemple le constat d’entrée (Vu à quai à l’import et Réception à l’export) et de sortie (enlèvement à l’import et chargement à l’export). Cet indicateur pour l’import et l’export représente le temps de séjour moyen de la marchandise dans l’enceinte portuaire. Il met en scène le manutentionnaire, le transitaire, l’agent maritime, la douane, et le transporteur routier, fluvial ou ferroviaire. Plus le délai est long, plus les coûts de stationnement et de détention s’envolent. Il s’agit d’un indicateur important pour un chargeur.

L’association Via Marseille Fos édite des KPI pour le port de Marseille basés sur les performances maritimes, les performances liées à la marchandise issues d’AP+ et les performances terrestres.  Ils établissent ainsi finement la compétitivité globale de la communauté portuaire, et fournissent aux chargeurs, logisticiens, organisateurs de transport, armateurs et transporteurs, une évaluation véritable et dans sa globalité de la productivité d’un port.

L’ESPO, à travers son projet PPRISM (Port PeRformance Indicators: Selection and Measurement), co-financé par la Commission Européenne, a établi une liste de KPI basés sur les performances environnementales, socio-économiques et logistiques. L’objectif étant de mettre en place un Observatoire du système portuaire européen.

Pour plus d’information sur l’IAPH.