Ci5, pierre angulaire d’un futur écolabel

Publié le: 22 avril 2020
Retour aux news

 

 

Par Christophe Reynaud, Responsable Innovation

 

 

 

Le numérique, support de la transition écologique

Le Premier Ministre Edouard Philippe a présenté le 3 décembre 2019 lors des assises de la mer à Montpellier, la vision maritime de la France. Nous ressentons plus que jamais l’importance de préserver nos océans et de mettre en place des actions environnementales vertueuses.  Le Comité interministériel de la mer (le CIMer) est l’outil gouvernemental de décision pour tout ce qui concerne la mer et les océans.  Pour ce 3e CIMer, Édouard Philippe, a présenté le programme 2019 qui comporte notamment la mise en place d’un écolabel de flux logistique pour répondre aux transformations rapides du secteur portuaire et logistique.

C’est dans ce cadre que MGI inscrit dans ses projets et ses outils les ambitions de cette nouvelle stratégie nationale portuaire.

MGI, société communautaire reconnue dans l’écosystème du digital portuaire et du partenariat privé-public, s’inscrit avec volontarisme et naturellement dans la dynamique « Port Vert » en mettant ses compétences au service des acteurs publics et privés de la logistique française.

Aussi, MGI souhaite aujourd’hui développer, en partenariat avec les acteurs clés et les ministères compétents, un modèle de certification ou écolabel, permettant de garantir que l’ensemble des maillons de la chaîne logistique ont utilisé des modes de transport verts.

La mise en œuvre de la transition écologique impose à chacun une reconfiguration des processus. Cette évolution implique la création de nouveaux outils de management, capables de mesurer l’impact écologique de l’activité logistique et de mieux intégrer l’environnement dans les pratiques opérationnelles.

L’évaluation de l’impact environnemental logistique

C’est pourquoi les instances qui pilotent la stratégie de la filière logistique française ont estimé nécessaire de créer un écolabel. Le dispositif demanderait aux entreprises d’évaluer l’impact environnemental de leur activité. Pour être pertinent, le dispositif doit s’insérer facilement dans les processus des acteurs, et la véracité des données déclarées doit être garantie. Ainsi, la capacité des acteurs à collecter des données et à certifier leur exactitude devient une qualité fondamentale de leur système d’information. Or, dans des chaînes logistiques très internationales, la collecte d’information implique plusieurs organisations, de cultures, métiers et tailles différents, ce qui la rend complexe, coûteuse et peu fiable.

Le rôle décisif de Ci5

Dans ce contexte, et dans la perspective d’un écolabel, le Cargo Community System (CCS) Ci5 a un rôle prépondérant à jouer. En effet, par sa nature collaborative, il concentre déjà des données issues des divers acteurs de la chaîne logistique ; de plus, ces data sont certifiées par un processus de validations successives, auquel contribuent des entreprises et des administrations, et notamment les autorités portuaires et les douanes.

En plus de l’approche collective, l’architecture orientée service de Ci5 lui permet de collecter et d’émettre des données de et vers tout type de source : système d’information classique ou bien moyen de transport (navire, camion, train, barge), équipements (conteneurs, remorques) ou même infrastructures au travers des systèmes de transport intelligents coopératifs (C-ITS). Ainsi, la quantité et la qualité des données à disposition seraient renforcées et fourniraient des évaluations plus précises.

Cette architecture facilite l’intégration transparente et aisée de nouvelles briques technologiques (intelligence artificielle, blockchain ou big data) ; elle permet aussi le recours à des solutions dédiées au calcul de dépenses ou au suivi de consommations énergétiques.

MGI naturellement mobilisé sur le sujet depuis 2015

Depuis des années, MGI a perçu l’intérêt de valoriser les données disponibles pour évaluer l’impact environnemental des activités de ses clients. Ainsi, depuis 2015, à l’occasion du projet NOSCIFEL, MGI et son partenaire ont développé un service qui calcule automatiquement un bilan GES/CO2 à partir de données fournis par les systèmes d’information de MGI.  Les informations qui peuvent également être complétées par des données client sont accessible dans les CCS ou dans des plateformes distantes.

Depuis peu, MGI participe à l’initiative « Green Squadron », collectif d’entreprises et de start-ups hébergées par l’incubateur Zebox à Marseille. Ce collectif, qui fournit des solutions numériques pour l’évaluation des dépenses énergétiques, propose un large spectre de capteurs pour tous moyens de transport, et un partage des données selon un mode sûr et vérifié. Proposer des services répondant aux nécessités d’une logistique plus verte, plus vertueuse, voilà le principal objet de l’engagement des membres du « Green Squadron ».

Ainsi, au travers de Ci5, de son expertise et de partenariats pour l’évaluation des dépenses énergétiques du monde logistique, MGI est devenu un acteur qualifié et incontournable dans un projet d’écolabel bien pensé.

POST A COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

16 + 14 =