Dans les coulisses de MGI

Publié le: 16 octobre 2019
Retour aux news

 

Par Jean-Louis Paoli, Responsable production

 

 

 

 

MGI, les bons choix technologiques

MGI est le produit de quelques hommes visionnaires qui, dès 1985, ont pressenti l’intérêt de numériser les échanges de la chaîne logistique, et en particulier le passage portuaire des marchandises. Le système PROTIS était né, basé sur une technologie Mainframe IBM. Il fit grandir MGI pendant vingt ans sans rupture technologique, et apporta aux opérateurs portuaires une révolution dans la gestion des flux documentaires entre les transitaires, agents maritimes, manutentionnaires et l’administration des douanes. À la clé : des gains de productivité, une croissance illustrée par une vue 360° du workflow export-import des marchandises, une centralisation des échanges et un référentiel unique pour la communauté portuaire.

AP+, l’ouverture sur le Web

En 2005, PROTIS cède la place à AP+, qui élargit les services, avec notamment la prise en charge des pré et post acheminements, du groupage-dégroupage et des droits de ports.

MGI innove à nouveau, embrassant les technologies de l’Internet, et facilite ainsi l’accès de ses clients à l’information. L’application codée en JAVA – langage de référence – est accessible via un simple navigateur internet. Le coût de possession du CCS plonge drastiquement, le même PC servant pour une multitude d’applications, de même que le lien internet mutualisé. Autre valeur ajoutée : chaque opérateur peut disposer de son accès sécurisé au CCS portuaire, avec de nouveaux gains de productivité.

Ci5, la Rolls des CCS et maintenant un Cargo Intelligent System !

En 2018, lancement par MGI de la troisième génération de CCS, après treize ans de bons et loyaux services d’AP+. Les changements technologiques s’accélèrent, et MGI opte pour l’open source et le cloud pour simplifier et fiabiliser toujours plus les flux portuaires. Le time to market se compacte : deux ans seulement s’écoulent entre le début des spécifications et la mise en service de Ci5, contre cinq pour PROTIS et quatre pour AP+. Certes, Ci5 profite de l’expérience de ses prédécesseurs et de l’expertise MGI sur les process métiers. Mais pas seulement…

Explication : désormais, l’infrastructure informatique du monde moderne est hébergée dans des bunkers réfrigérés pilotés par Amazon ou Google. Les catalogues de services disponibles sur ces plateformes permettent à MGI de se concentrer sur les process métiers de ses clients et d’innover en simplifiant l’accès à l’information et les échanges numérisés.

Ci5, productivité et ergonomie

Pour MGI, le système doit être simple à utiliser, et assurer au client des gains de productivité. L’application est donc conçue avec une approche user centric, qui garantit qu’un utilisateur doit retrouver son process métier, simplement et de manière intuitive, transposé numériquement dans Ci5.

MGI, prévoir la suite

Chaque révolution technologique en génère de nouvelles, et une veille technologique permanente s’impose. Le sujet qui agite déjà le monde de l’innovation : la blockchain, et pour ce qui nous concerne, son exploitation dans les échanges de marchandises. Comment sécuriser de manière décentralisée les maillons de la chaine logistique ? Les experts MGI y travaillent ; d’ailleurs lisez notre article Innovation qui traite sur le sujet !

POST A COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte